Merci à M. Maddox

Ce tableau représente parfaitement la relation triangulaire entre la Terre, l'Homme et son Alimentation. Le travail de l'Homme, symbolisé par la pelle, permet de mettre en valeur les produits de la Terre, vaste étendue que les champs cultivés recouvrent peu à peu. 

Une femme, nue, à la merci des Forces de la Nature, mais sereine, trouve protection sous le toit virtuel généré par les vrais aliments. 

Real or Junk ?

marché aux poissons de Mindelo, Cap Vert

En anglais REAL FOOD est l'opposé de

JUNK FOOD, CONVENIENCE FOOD OU PROCESSED FOOD. 

Les "vrais aliments" sont identifiables au premier coup d'oeil, ils n'ont pas été créés de toutes pièces par l'industrie agro-alimentaire pour vous faciliter la vie: on ouvre le paquet en plastique, on mange frénétiquement, on jette l'emballage à la poubelle...et c'est tout !

Si je ne devais donner qu'un seul conseil à ceux qui demandent comment manger pour rester en bonne santé, je répondrais:

"Mangez de vrais aliments !"  EAT REAL FOOD !

Comment les reconnaître ? Facile, c'est ceux qui n'ont pas une étiquette avec une dizaine d'ingrédients incompréhensibles dessus.

Mais cela n'est pas suffisant, il y a des imposteurs parmi les vrais aliments et d'autres facteurs qui entrent en jeu, c'est pourquoi mon site ne peut pas se limiter à cette unique page...

« Les gens ne veulent plus réfléchir, ils veulent être guidés ! Ils sont asservis du matin au soir et quand ils rentrent chez eux ils sont perdus : leur maître et patron, cette main bienfaitrice qui les nourrit, n'est plus là pour les battre et les conduire. Heureusement, il y a la télévision. L'homme l'allume, se prosterne et lui remet son destin. Que dois-je manger Maître ? Demande-t-il à la télévision. Des lasagnes surgelées ! Lui ordonne la publicité. Et le voilà qui se précipite pour mettre au micro-onde son petit plat dégoûtant. Puis le voilà qui revient à genoux et demande encore : Et Maître, que dois-je boire ? Du Coca ultra-sucré ! hurle la télévision agacée. Et elle ordonne encore: Bouffe, cochon, bouffe ! Que tes chairs deviennent grasses et molles. Et l'homme obéit. Et l'homme se goinfre. Puis, après l'heure du repas, la télé se fâche et change ses publicités : Tu es trop gros ! Tu es trop laid ! Va vite faire de la gymnastique ! Sois beau ! Et il vous faut acheter des électrodes qui vous sculptent, des crèmes qui font gonfler vos muscles pendant que vous dormez, des pilules magiques qui font à votre place toute cette gymnastique que vous n'avez plus du tout envie de faire parce que vous digérez votre pizza ! »

 

Joël Dicker « Le livre des Baltimore »

L'évolution de l'Homme...tout est relatif !

"Processed foods have most of their vital nutrients eliminated and replaced with refined sugars and synthetic chemicals, most of which have never been tested for human safety due to a federal regulatory loophole."

Dr Mercola

Si vous croyiez que quelqu'un était payé pour tester la toxicité de tous les additifs, vous pouvez arrêter de rêver tout éveillé... La plupart des additifs sont classés dans la catégorie GRAS (Generally Recognized As Safe) qui signifie simplement que personne n'a trouvé les fonds pour financer une étude qui démontre leur toxicité !

Thon

Murène

Noix de coco

Noix de muscade

Arbre à pain

Coco de mer

Marché à Rome

Marché à Barcelone

Le microbiote intestinal

Nos intestins hébergent environ 100 000 milliards de bactéries et levures, soit 10 fois plus que le nombre de cellules de tout notre corps, composée de plus 200 espèces et représentant un poids de 1,5 kg environ ; c'est le microbiote ou flore intestinale. Fort heureusement, le plus grand nombre de ces bactéries sont nos amies, elles constituent même la première barrière de notre système immunitaire. Elles réduisent les allergies, apaisent les inflammations, empêchent la production de toxines susceptibles de charger le foie, réduisent les flatulences, préviennent les troubles du transit.

Elles envoient des messages à notre cerveau par l'intermédiaire des neurotransmetteurs.

 

Nous vivons en symbiose avec elles, nous avons impérativement besoin d'elles pour un fonctionnement normal du métabolisme, et en retour elles nous demandent simplement qu'on les nourrissent (voraces ces ptites bêtes....) Elles adorent les fibres ; ça tombe bien, nous ne pouvons tout simplement pas les digérer et les utiliser comme nutriment. Nos amies les bactéries vont donc se charger de leur fermentation pour pouvoir en extraire leur énergie et l'utiliser à leur profit. Si on les nourrit bien, elles vont ainsi coloniser (c'est vraiment le terme adéquat!) nos intestins, en tapissant leurs parois, et empêchant les bactéries pathogènes (celles qui provoquent des maladies) de pénétrer par la muqueuse intestinale. La fermentation va également dégager des acides organiques (acide butyrique par ex.) qui protègent et régénèrent la muqueuse intestinale.

Microbiote tapissant la muqueuse intestinale

Ce bel équilibre peut être rompu par différents facteurs :

  • endogènes : blessures, opération, constipation, tumeur, inflammation, maladie métabolique...

  • exogènes : alimentation déséquilibrée, additifs, édulcorants, pesticides, contamination par métaux lourds, infection, stress, médicaments, vaccination...

 

Tous ces facteurs peuvent inhiber vos bonnes bactéries et laisser la places aux autres germes qui se multiplieront. Les conséquences peuvent être mineures -troubles de la digestion- ou majeures - jusqu'à la septicémie. Les maladies métaboliques (diabète, obésité...), mentales (états dépressifs...), et même les cancers sont dépendants de la diversité de notre flore intestinale.

Deux autres facteurs peuvent encore déséquilibrer le microbiote dès la naissance et pendant les premiers mois de la vie:

  • une naissance par césarienne: les bactéries vaginales de la mère sont les premières à protéger l'enfant

  • l'absence d'allaitement maternel: le lait maternisé (industriel) ne contient pas les bactéries du lait maternel.

 

En cas de déséquilibre, il est donc important de réintroduire des bactéries protectrices en quantité suffisantes, en consommant des produits fermentés appelés probiotiques (certains proposent maintenant "microbiotique"). Sous forme de compléments on peut y ajouter des fibres particulièrement adaptées aux besoins de ces bactéries (oligosaccharides, inuline...) appelées prébiotiques, l'ensemble formant un symbiotique. Toutefois ces si compléments peuvent se révéler utiles à court terme, la diversité et le bon équilibre de notre microbiote dépendent à plus long terme de l'ensemble de notre alimentation et des facteurs cités plus haut.

 La recherche bat son plein dans l'étude du microbiote et ses implications sur la santé, soit en se focalisant sur des souches bactériennes particulières, soit en développant des moyens thérapeutiques innovants comme la transplantation fécale (implantation de matières fécales d'un donneur sain dans l'intestin d'un malade) ou les actibiotiques (bactéries stabilisées avec leurs métabolites et enzymes). Il n'y a pas de microbiote "idéal" mais sa diversité semble être le facteur le plus important.